skip to Main Content
| SUBSCRIBE | BECOME A MEMBER

Brussels/Paris, 18 September 2019 – A citizens’ science monitoring project at six nurseries and primary schools in the centre of Paris found nitrogen dioxide (NO2) outside and inside all classrooms – highlighting the urgent need to remove polluting vehicles from the road – as well as high levels of carbon dioxide (CO2) inside some classrooms, indicating the need to consider better ventilation. The HEAL citizen science project monitored PM, NO2 and CO2 in May 2019 at facilities with ± 975 children as part of larger initiative for clean air in schools, “Healthy Air, Healthier Children”, with monitoring in four more European capitals – Berlin, London, Madrid and Sofia – totalling 43 schools. Schools and children supported the investigation that was carried out with HEAL’s member organisation France Nature Environnement (FNE).

This initiative was welcomed by the teachers, school directors and authorities as they are aware and concerned by the impact of air pollution on children’s health, especially as they spend a large amount of time at school,” said Alain Chabrolle, France Nature Environnement’ Vice President. “As the main outdoor air pollution source is road traffic and construction sites, the schools need the mayors to act on solutions to reduce it. Paris is already putting some measures into place, however, more can be done, especially around schools like stricter speed limits, low emission zones or congestion charge areas ”.

Air pollution is the number one environmental threat to health in Europe and in France with significant health impacts and costs[1]. Evidence demonstrates that children are particularly at risk from polluted air, which can increase the risk of a child developing asthma and lead to an increase in the number and severity of asthma attacks, especially if a child lives close to a busy road. Air pollution can also impact a child’s heart, brain and nervous system development, even before birth. The World Health Organization (WHO) states that no level of air pollution can be considered safe[2].

In Paris, air quality has been poor, and the majority of emissions stems from road transport[3].  The mayor has introduced a range of measures including the Crit’Air scheme to improve air quality and residents’ health[4]. This means tackling NO2, a pollutant predominantly from traffic, especially diesel cars, and tackling particulate matter (PM), tiny particles which can be harmful even at low concentrations[5].

The main findings of HEAL’s investigation include:

  • NO2 pollution was found inside and outside all classrooms monitored, indicating that outdoor air pollution likely from nearby busy roads enters the school building.
  • At one school entrance, the average value of NO2 measured over the 4-week monitoring period was 52µg/m3, which is significantly higher than the EU legal limit and WHO guideline of 40µg/m3 as an annual average.
  • As measured values are averages, NO2 concentrations will probably have been higher during certain periods of the monitoring, increasing the risk of negative health effects.
  • Particulate matter concentrations at two schools in Paris were at 23µg/m3 and 25µg/m3. These are as high in one reading as the WHO 24-hour limit value for PM5, set at 25µg/m3 which should not be exceeded more than 3 days/year[6].
  • The major sources of PM5 are the combustion of fossil fuels, vehicle exhaust, industrial production and power plants[7]. The two schools with high PM concentrations were close to construction works, which indicates the need to increase air pollution monitoring to improve understanding of children’s exposure in the capital from varying sources of pollution.
  • Four of the six schools involved had much higher CO2 levels than recommended[8], indicating the need for more ventilation in classrooms to ensure children can maintain concentration and productivity.

HEAL’s investigation underlines the need for policy action to clean up the air in and around schools,” commented Anne Stauffer, Director for Strategy and Campaigns at HEAL. “As traffic is a key source of pollution in Paris, the mayor and authorities should increase restrictions for traffic and polluting car idling around schools and also boost incentives and options for free and green modes of transport.”

The key recommendations for Paris are:

  1. Support the expansion of regulatory and citizen science air quality monitoring in schools.
  2. The Paris arrondissements’ mayors and school authorities could put measures in place to discourage and restrict traffic and car idling around schools such as ensuring schools are part of low emission zones or congestion charge areas, creating more pedestrian streets around schools, and promoting free public transport for children and their parents.
  3. Ensure better control and stricter fines regarding the non-respect of the Crit’Air vignette
  4. Create educational campaigns which promote the health gains to Parisians through measures to curb air pollution, which in turn can contribute to more awareness on the benefits of cleaner air and climate action for greater public health gains.
  5. Increase knowledge and raise awareness about the impact of construction works on air quality and its health effects in and around schools, and enforce strict mitigation measures to reduce air pollution from construction sites.

[1] https://www.who.int/news-room/fact-sheets/detail/ambient-(outdoor)-air-quality-and-health

[2] https://www.who.int/news-room/fact-sheets/detail/ambient-(outdoor)-air-quality-and-health

[3]  Font A. et al. (2019), A tale of two cities: is air pollution improving in Paris and London?, https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0269749118321687?via%3Dihub

[4]http://ec.europa.eu/environment/europeangreencapital/paris-vehicle-pollution-sticker-scheme-comes-into-force/

[5] Font A. et al. (2019), A tale of two cities: is air pollution improving in Paris and London?, https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0269749118321687?via%3Dihub

[6]http://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0013/301720/Evidence-future-update-AQGs-mtg-report-Bonn-sept-oct-15.pdf?ua=1

[7] UNICEF (2016), Clear the air for children, https://www.unicef.org/publications/files/UNICEF_Clear_the_Air_for_Children_30_Oct_2016.pdf

[8] A previous study suggested a maximum of 1,000ppm of CO2 indoors to prevent a negative impact on academic performance, as higher concentrations can contribute to headaches, dizziness and the inability to concentrate.

Le contrôle scientifique citoyen de la qualité de l’air dans et autour des écoles parisiennes confirme la nécessité de réduire la pollution de l’air causée par les transports afin de protéger la santé

Bruxelles/Paris, le 18 septembre 2019 – Un projet de contrôle scientifique citoyen mené dans six crèches et écoles primaires du centre de Paris a permis de détecter la présence de dioxyde d’azote (NO2) à l’extérieur et à l’intérieur de toutes les salles de classe – (soulignant ainsi la nécessité urgente de bannir les véhicules polluants des voies de circulation) ainsi que des niveaux élevés de dioxyde de carbone (CO2) dans certaines salles de classe, ce qui indique la nécessité d’envisager une meilleure ventilation. Le projet scientifique citoyen de l’Alliance pour la santé et l’environnement (HEAL) a contrôlé les émissions de particules atmosphériques (PM), de NO2 et de CO2 en mai 2019 dans des établissements accueillant environ 975 enfants dans le cadre d’une initiative plus vaste en faveur de la qualité de l’air dans les écoles intitulée « De l’air sain pour des enfants en meilleure santé » avec des contrôles dans quatre autres capitales européennes (Berlin, Londres, Madrid et Sofia) totalisant 43 écoles. Des écoles et des enfants ont soutenu l’enquête menée par France Nature Environnement (FNE), une organisation membre de HEAL.

« Cette initiative a été saluée par les enseignants, les directeurs d’école et les autorités car tous sont conscients et inquiets de l’impact de la pollution de l’air sur la santé des enfants, d’autant plus que ces derniers passent beaucoup de temps à l’école », a déclaré Alain Chabrolle, vice-président de France Nature Environnement. « La circulation routière et les chantiers de construction constituant la principale source de pollution de l’air extérieur, les écoles ont besoin que les maires agissent en vue de trouver des solutions permettant de réduire cette pollution. Paris est déjà en train de mettre en place quelques mesures, mais il est possible de faire davantage, en particulier autour des écoles avec, par exemple, des limitations de vitesse plus strictes, des zones à faibles émissions ou des zones à péage urbain ».

La pollution de l’air est la principale menace environnementale pour la santé en Europe et en France, avec des impacts et des coûts importants pour la santé[1]. Les données recueillies démontrent que les enfants sont particulièrement exposés à l’air pollué, ce qui peut augmenter le risque d’asthme chez l’enfant et entraîner une augmentation du nombre et de la gravité des crises d’asthme, en particulier si l’enfant vit à proximité d’un axe très fréquenté. La pollution de l’air peut également affecter le développement du cœur, du cerveau et du système nerveux d’un enfant, même avant la naissance. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) affirme qu’aucun niveau de pollution atmosphérique ne saurait être considéré comme sûr[2].

À Paris, la qualité de l’air est médiocre et la majorité des émissions provient du transport routier[3]. La maire a mis en place une série de mesures, avec notamment le programme Crit’Air, dans le but d’améliorer la qualité de l’air et la santé des résidents[4]. Cela implique de réduire les émissions de NO2, un polluant provenant principalement de la circulation routière, en particulier des véhicules diesel, et les particules atmosphériques (PM), qui sont de minuscules particules qui peuvent être nocives même à des concentrations peu élevées[5].

Les principales conclusions de l’enquête menée par HEAL sont les suivantes :

  • Une pollution au NO2 a été détectée à l’intérieur et à l’extérieur de toutes les salles de classe contrôlées, indiquant ainsi que la pollution de l’air extérieur, provenant probablement des axes très fréquentés à proximité, pénètre à l’intérieur du bâtiment de l’école.
  • À l’ entrée d’une des écoles, la valeur moyenne de NO2 mesurée au cours de la période de contrôle de 4 semaines était de 52 µg/m3, ce qui est nettement supérieur à la limite légale européenne et à la recommandation de l’OMS fixant la moyenne annuelle à 40 µg/m3
  • Les valeurs mesurées étant des moyennes, les concentrations de NO2 auront probablement été plus élevées au cours de certaines périodes de contrôle, augmentant ainsi le risque d’effets néfastes sur la santé.
  • Les concentrations de particules atmosphériques dans deux écoles parisiennes étaient de 23 µg/m3 et 25 µg/m3. Celles-ci sont aussi élevées en un seul relevé que la valeur limite pour 24 heures de l’OMS pour les PM2,5 fixée à 25 µg/m3 et ne devant pas être dépassée plus de 3 jours par an[6].
  • Les principales sources de PM2,5 sont la combustion de combustibles fossiles, les gaz d’échappement des véhicules, la production industrielle et les centrales électriques[7]. Les deux écoles présentant des concentrations élevées de particules atmosphériques étaient situées à proximité de chantiers de construction, ce qui indique la nécessité de renforcer la surveillance de la pollution de l’air afin de mieux comprendre les conséquences de l’exposition des enfants de la capitale à diverses sources de pollution.
  • Quatre des six écoles concernées présentaient des niveaux de CO2 très supérieurs aux niveaux recommandés[8], ce qui indique la nécessité d’une ventilation accrue dans les salles de classe afin de permettre aux enfants de maintenir leur concentration et leur productivité.

« L’enquête de HEAL souligne la nécessité de prendre des mesures politiques en faveur de l’assainissement de l’air dans et autour des écoles », a déclaré Anne Stauffer, directrice de la stratégie et des campagnes à HEAL. « La circulation routière étant une source majeure de pollution à Paris, la maire et les autorités devraient renforcer les restrictions visant la circulation et les véhicules polluants dont le moteur tourne au ralenti autour des écoles, et multiplier les incitations et les possibilités offertes par les modes de transport gratuits et écologiques ».

Les principales recommandations pour Paris sont les suivantes :

  1. Soutenir le renforcement du contrôle réglementaire et scientifique citoyen de la qualité de l’air dans les écoles.
  2. Les maires d’arrondissements et les autorités scolaires pourraient mettre en place des mesures visant à décourager et à restreindre la circulation autour des écoles, notamment en veillant à ce que les écoles fassent partie des zones à émissions limitées ou des zones à péage urbain, avec davantage de rues piétonnes autour des écoles et en encourageant les transports en communs pour les enfants et leurs parents.
  3. Assurer un meilleur contrôle et des amendes plus dissuasives pour le non-respect de la vignette Crit’Air.
  4. Créer des campagnes éducatives qui favorisent les bénéfices pour la santé des parisiens grâce à des mesures de réduction de la pollution de l’air, ce qui peut à son tour contribuer à mieux sensibiliser aux avantages d’une meilleure qualité de l’air et de l’action pour le climat en termes de santé publique.
  5. Accroître les connaissances et sensibiliser à l’impact des chantiers sur la qualité de l’air et ses effets sur la santé dans et autour des écoles , et appliquer des mesures strictes pour réduire la pollution de l’air provenant des chantiers.

[1] https://www.who.int/news-room/fact-sheets/detail/ambient-(outdoor)-air-quality-and-health

[2] https://www.who.int/news-room/fact-sheets/detail/ambient-(outdoor)-air-quality-and-health

[3] Font A. et al. (2019), A tale of two cities: is air pollution improving in Paris and London?, https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0269749118321687?via%3Dihub

[4] http://ec.europa.eu/environment/europeangreencapital/paris-vehicle-pollution-sticker-scheme-comes-into-force/

[5] Font A. et al. (2019), A tale of two cities: is air pollution improving in Paris and London?, https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0269749118321687?via%3Dihub

[6] http://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0013/301720/Evidence-future-update-AQGs-mtg-report-Bonn-sept-oct-15.pdf?ua=1

[7] UNICEF (2016), Clear the air for children, https://www.unicef.org/publications/files/UNICEF_Clear_the_Air_for_Children_30_Oct_2016.pdf

[8] A previous study suggested a maximum of 1,000ppm of CO2 indoors to prevent a negative impact on academic performance, as higher concentrations can contribute to headaches, dizziness and the inability to concentrate.