skip to Main Content
| SUBSCRIBE | BECOME A MEMBER

À l’occasion de la réunion du Groupe Santé Environnement (GSE) le 30 juin 2021, un collectif d’associations citoyennes, professionnelles et d’usagers, de syndicats et de collectifs, demande aux Ministres des Solidarités et de la Santé et de la Transition écologique un calendrier précis et des moyens dédiés à la 2e Stratégie Nationale sur les Perturbateurs Endocriniens (SNPE2).

La contamination de la population par les perturbateurs endocriniens est toujours totale. Elle touche en particulier les travailleurs, les professionnels de nombreux secteurs, et surtout les femmes enceintes et les enfants, comme l’ont montré les études menées par Santé publique France (ELFE et ESTEBAN).
Trente années se sont écoulées depuis que la notion de “perturbateurs endocriniens” a été forgée lors de la réunion de Wingspread les 26-28 juillet 1991. Des annonces fortes sont attendues à cette occasion, notamment en matière de gouvernance et de moyens de la SNPE2.Or, contrairement à ce qui avait été fait dans le cadre de la SNPE1, aucune réunion du comité de suivi de la SNPE2, officiellement actée en septembre 2019, n’a eu lieu à ce jour. Ce processus avait pourtant été salué par la mission des Inspections générales chargées de faire le bilan de la SNPE1.
Ce suivi ne peut se restreindre à un point limité de la réunion du GSE au moment même où la Commission Européenne a fixé un objectif “Zéro pollution en 2050” dans le cadre du Pacte Vert pour l’Europe. 2022, c’est aussi l’année de l’échéance de la SNPE2 et de l’élaboration de la SNPE3. Des contributions du comité de suivi et des collectivités sont donc nécessaires et urgentes.
Le Collectif Inter-associations pour la Santé Environnementale exige un cap clair sur l’objectif principal de la SNPE: “réduire l’exposition des populations et de l’environnement aux perturbateurs endocriniens”, avec un calendrier précis et des moyens dédiés, découlant notamment du Pacte Vert pour l’Europe et dans le cadre du plan national de relance et de résilience déposé par les autorités françaises auprès de la Commission européenne.

Les organisations signataires:
Arnaud APOTEKER, Justice Pesticides
Frédéric BARON, Think Tank #PreventEarth #PreventHealth
Alain BAZOT, UFC-Que Choisir
Michel BESNARD, Soutien aux victimes des pesticides Ouest
Jean-Marie BONNEMAYRE, Le CNAFAL
René CADOT, Action Santé Solidarité
Elisabeth CARBONE, Miramap
Jean-Michel CHIAPELLO, Réso A+
André CICOLELLA, Réseau Environnement Santé
Alain COLLOMB, Association Santé Environnement France
Nathalie DELPHIN, Syndicat des Femmes Chirurgiens-Dentistes
Cathy et Richard FAITG, Collectif Environnement Santé 74
Laura GÉRARD, La Confédération Syndicale des Familles
Lamia KERDJANA, Jeunes Médecins
Christian KHALIFA, Indecosa CGT
Chantal L’HOIR, Association Française des Malades de la Thyroïde
Didier LAMBERT, E3M, Pour des vaccins sans aluminium
Génon K. JENSEN, Health and Environment Alliance (HEAL)
Jacques LE LETTY, La Maison Consommation Environnement (Rennes)
Alexandra LORENZO, Itawa
Christine MALFAY-REGNIER, SOS MCS
Agnès MAURIN et Philippe PALAT, La Ligue Contre l’Obésité
Véronique MOREIRA, WECF France
François MOURGUES, C2DS
Catherine NEYRAND, POEM26
Tania PACHEFF, Cantine sans Plastique France
Sophie PELLETIER, PRIARTEM Ondes-Santé-Environnement
Pierre-Michel PÉRINAUD, Alerte des médecins sur les pesticides
Virginie RIO, Association Collectif BAMP !
Marie-Odile SOYER-GOBILLARD, HHORAGES-FRANCE
Jacques TESTART, Sciences Citoyennes
Marie THIBAUD, Stop aux cancers de nos enfants
Mathé TOULLIER, Association des Familles Victimes du saturnisme
François VEILLERETTE, Générations Futures